Mémorial de la Shoah 2020.png

Depuis février 2015, le Centre Georges Devereux organise au Mémorial de la Shoah  17 rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris, un dimanche par mois, de 14h à 17h, une réunion de groupe de parole d’anciens enfants cachés pendant la Shoah, animée par des psychologues. Cette rencontre a pour but d’échanger au sujet de la situation de danger terroriste et du climat antisémite particulièrement élevé et rarement atteint depuis la période la Shoah en France. Ces échanges sont l’occasion de partager, de débattre et de comprendre ce que nous vivons, personnellement autant que collectivement et de trouver les moyens de faire face. Les descendants de survivants qui souhaitent y participer sont les bienvenus. La participation aux réunions – soutenues par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah – est libre et gratuite.

groupe parole 2avril2017c - copie.jpg

La parole est libre. Les thèmes abordés diffèrent et évoluent de réunion en réunion, en fonction des participants, des événements politiques, de la situation sociale,  de l’actualité culturelle, des données cultuelles, du calendrier etc…

Parmi les thématiques les plus discutées, citons:

  • Comment vivre avec le souvenir des terreurs vécues pendant l’enfance – Arrestations, séparations, menaces, fuites, peurs constantes durant les années de  la Shoah.
  • Les changements d’identité dans l’enfance pour survivre. Comment passe-t-on de l’identité d’enfant des villes, de fils ou fille d’émigrés juifs (souvent yiddishophone, mais aussi ladinophones) destinés à suivre des études à celle d’un enfant de la campagne chrétienne française, parlant le patois, allant à la messe, s’occupant des animaux? Comment passe-t-on de « Moïshélé Zylbersztejn » à « Maurice Duval »?
  • Quand la fin de la guerre n’est pas la fin des souffrances, mais le début de nouvelles difficultés. Comment se relit-on à des parents qu’on ne reconnait pas? Des revenants, des malheureux, des ravagés par le drame, qui souvent n’ont plus la patience ou la disponibilité pour s’occuper d’enfants? Comment vit-on son statut d’orphelin?
  • Comment, alors qu’on est encore un enfant, change-t-on une seconde fois d’identité ? Comment redevenir membre de sa famille juive accablée et réduite à néant?Memo.jpg
  • Comment reprendre sa place dans son pays, la France dans une société dont l’enfant juif caché avait été exclu – expulsé de l’école, interdit de bibliothèque, interdit de soin médical, interdit de jardin public, privé d’identité française et de légitimité, etc…
  • La particularité des anciens « bébés cachés » orphelins nés juste avant ou pendant la guerre et qui ne gardent aucun souvenir de cette période tragique de leur vie ni aucun souvenir charnel de leur(s) parent(s).
  • Comment a-t-on fait tout de même pour fonder une famille, pour évoluer normalement, socialement et économiquement ?
  • Quelle transmission au sein des familles des anciens enfants cachés? Quelles difficultés  à aborder son histoire  avec ses propres enfants et/ou petits-enfants. Notre rage enfouie peut elle-être ressentie par nos descendants?
  • La résurgence des souvenirs traumatiques à certaines occasions qui entraînent des troubles du comportement – colères soudaines et irrationnelles, incapacité à communiquer, retrait social, mutisme.
  • Comment gérer la persistance du sentiment de peur et de frayeur. Certains avouent qu’ils ont longtemps préféré continuer à se « cacher ».Sans titre.jpg
  • Le climat actuel et le constat de la résurgence d’un antisémitisme ancien et nouveau à la fois : comment réagir à cette menace, quelle attitude adopter ?
  • La réactivation des peurs enfouies du fait de la situation politique actuelle qui renvoie aux mêmes questions qui se sont posées à l’époque de l’Occupation : Comment évaluer la situation ? Faut-il écouter ses peurs ? Que faire ? Faut-il partir ? Fait-il rester ? Partir comment ? Partir où ?
  • Pourquoi faire le voyage de mémoire au camp d’Auschwitz-Birkenau? Comment? Avec qui?
  • L’importance de ne pas rester seuls, de se retrouver entre pairs pour échanger, constituer une force de réflexion et d’action  en cas de nécessité.

Pour tout renseignement, joindre le Centre Georges Devereux  Tél: 01 77 32 10 64  Mail: accueil@devereux.frRéunions enfants cachés 2020.jpg